26/10/2006

Manuscrit non achevé

IL NE FAUT PAS FAIRE QUE CE QUE L’ON AIME

IL FAUT AIMER TOUT CE QUE L’ON FAIT

 

 

 

Toi qui liras ce livre, ne te contentes pas de ce que voient tes yeux, lis, penses et parles en avec ton coeur. Tout comme je le fais.

Certes, avant il faut que tu saches que d’avoir aimer en toute l’acceptation de ce mot si court et pourtant si grand, pour n’avoir eu en cette Terre pour tout héritage qu’un coeur sincère, je ne suis aux yeux de chacun qu’un pauvre fou.. Et pourtant au plus profond de la sombre misère où je me trouve, je suis l’homme le plus comblé car je sais pleinement aimer. De ce fait je ne suis qu’un pauvre bouffon de qui on se moque à tout instant, mais chaque humiliation, chaque baffouage ne sont point en mon coeur les blessures cruelles de la couronne d’épines. Bien au contraire, elles remplacent celle ci par autant d’émeraudes ornant le front d’un seul souverain que je reconnaisse, celui du Christ dont j’ai eu le bonheur de connaître le supplice.

Si tu ne médites point de toute ton âme , chacune des lignes que je trace , tu ne sauras point comprendre , le pourquoi de tant de diversité de pensées en mon esprit ; mais pour être FAKIR, pour être ce que je suis, il faut savoir regarder, observer et penser juste et pour ce faire , seul le regard du coeur peut le faire sans arrière pensées. C’est pourquoi, avant que tu ne parcours ce livre, je te demande de méditer sincèrement ceci : Toi qui penses que je suis un insensé, par mes actions ou mes pensées, ne crois tu point qu’il vaut mieux être ce que je suis, faire ce que je dois faire, livrer ce que je ressens et passer aux yeux de tous pour un dément, plutôt que de vouloir passer pour puissant et intelligent et vivre mensongèrement en « homme » riche, seulement d’or ;vénéré et fêté par ceux là même que je tuerais lentement et qui me prendraient encore pour leur bienfaiteur, et pourtant, voila ce que l’on appelle « l’homme » a fait de ce qu’il appelle « la vie ».

 

LA PLUS HIDEUSE DES LÊPRES

LE PLUS TERRIBLE DES CANCERS  DE NOTRE PLANETE , EST UNE CHOSE BIEN PÂLE ET BIEN DOUCE A COMPARER A CE FLEAU IGNOBLE QUE L’ON OSE APPELER….HOMME.

 

 

                                                                                               Ben-Ghou-Bey

17:44 Écrit par Jean Luc Goubet dans INSOLITE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre, fakir, sagesse |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.